Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Théâtre du Feu Follet

H02 - de 1946 à 1968 : le Théâtre à Limalonges : une grande aventure

, 11:09am

Publié par Maurice Lamy

H02 - de 1946 à 1968 : le Théâtre à Limalonges : une grande aventure

Après la guerre, l'activité théâtrale reprit progressivement ses droits à Limalonges. Un homme allait désormais prendre en main cette activité, la faire vivre et la développer pendant plus d’une vingtaine d’année : Roger AUVIN.

Déjà, dans les années qui avaient précédé la guerre, les années 1936 – 37, après l’élection d’Emile Bêche à la députation, Roger avait pris en charge la troupe du Foyer Civil dans laquelle il était déjà acteur…

Dès la fin des années 1940, il va complètement s’investir dans cette activité théâtrale. Il va être le metteur en scène et le principal artisan des spectacles que va monter la Section Théâtrale du Foyer Civil, qui va s'appeler désormais : " Le Grillon du Foyer ". Roger a aussi eu le mérite de rassembler autour du Théâtre, jeunes et moins jeunes de la commune. Les plus jeunes étaient des adolescents encore à l’école communale, les plus âgés avaient la cinquantaine, voir la soixantaine…

Au sortir de la guerre pour oublier cette période sombre, les gens avaient envie de sortir, de se divertir, de rire, de se retrouver pour faire des choses ensemble. Le théâtre, lieu de travail en équipe, est évidemment l’activité rêvée pour cela. Cette période de l’après-guerre fut un temps particulièrement propice aux fêtes et spectacles. A Limalonges, on ne fut pas en reste…

Le répertoire que jouait la troupe du Foyer Civil dans les années d’après -guerre, n’était pas forcément des plus faciles. La programmation était surtout très éclectique. Les pièces présentées allaient des drames, à la mode à l’époque, en 4 ou 5 actes et de 8 à 10 tableaux, parfois plus et avec autant de décors que de tableaux, comme par exemple : " La fille du garde-chasse " ou   " La maison sous l’orage ", à des pièces d’auteurs comme " Le voyageur sans bagage " de Jean Anouilh, en passant par des pièces en patois : " Guste et la Ribote sont chaudinets " et aussi des vaudevilles de Feydeau et autres auteurs du genre… Ces spectacles présentaient aux entr’actes des intermèdes musicaux, des chansons, des histoires et autres fabliaux, de 10 à 15 minutes à chaque entracte, qui meublaient le temps et l'espace indispensables aux importants changements de décors…

Dans les années 1950 et 60, jusqu’aux années 70, le théâtre était un élément très fédérateur dans nos campagnes, servant souvent de lien social. Compte tenu de la diversité des pièces présentées, la troupe comptait de nombreux membres et les représentations théâtrales mettaient en scène 25 ou 30 participants, parfois même davantage, comme dans : " Ces dames aux chapeaux verts " ou encore " Les Oberlins " Les spectacles et les répétitions étaient une excellente façon de se retrouver pour occuper les longues soirées, la télé n’ayant pas encore fait son apparition dans les chaumières… Et à Limalonges tout particulièrement, il y avait des acteurs dont la réputation avait largement dépassé le cadre du canton, voire beaucoup plus… Les : André Sauvage, Yves Rivaud, René Auvin (le frère de Roger) et autres Etienne Cluzeau et Jean Sinturet, qui avaient une véritable carrure d’acteur et qui avaient acquis une notoriété telle que beaucoup de gens alentour se déplaçaient tout spécialement pour les voir jouer…

C’est à Roger Auvin que revient le mérite d’avoir assuré la continuité et le développement du théâtre à Limalonges et de l’avoir placé à ce niveau de qualité. Même si ses colères et ses emportements durant les répétitions sont restés légendaires, le Théâtre à Limalonges lui doit beaucoup.

Une anecdote à son sujet : il avait à l’âge de 13 – 14 ans participé à la création de l’activité initiale à Limalonges en 1921. Il était né en 1908.

Et, pour lui rendre un hommage mérité, ajoutons qu’il a été le doyen des français pendant plus de 2 ans, puisqu’il s’est éteint à 111 ans ½, début novembre 2019. Ce qui nous dit, à l’évidence, que le théâtre est non seulement initiatique au plan humain, mais qu’il doit aider aussi à la longévité !